La petite histoire des tapis berbères…

Bonsoir à tous ! Ce soir il ne s’agira pas d’un DIY mais d’un retour dans le passé, plus précisément à mon séjour à Ouarzazate l’été passé. Je vais vous parler de ma petite aventure là bas, qui m’as permis d’en savoir plus sur ses jolies choses faites à la main, et qui ne sont pas là que pour faire joli… (J’ai réservé ce poste pour les journées glaciales d’hivers histoires de se réchauffer un peu les pupilles)

Je vais vous parler de la petite histoire des tapis berbères, mais aussi de celle de ces grand draps noirs aux mille couleurs qu’utilisaient les femmes pour se couvrir.

Devant l’hôtel où je logeais durant mon séjour, et après avoir traverser un immense carrefour, (qui doit surement battre tous les recors d’Afrique en immensité) s’y trouve de nombreux magasins de vente de produits traditionnels, on y déniche de tout !

Bref, un de ces magasins était géré par des jumeaux très accueillants et l’un d’eux m’a gentiment proposé de me montrer la face cachée de leur commerce (sachant que je manifestais beaucoup d’intérêt à tout ce qui se trouvait là dedans). Nous somme alors monté tout en haut en passant par une petite porte, pour découvrir une belle Kasbah et devinez quoi ! Avec une magnifique tente appartenant auparavant aux familles nomades de la région.

Nous nous sommes installé à l’intérieur, dans un cadre coloré, féerique et chargé de vécu… Et le vendeur a commencé à me raconter l’histoire de ces œuvres d’art, toutes faites par des femmes.

 

Tout ces draps et tapis étaient uniques mais leur principe était le même; ils n’étaient pas fait que pour être jolis, mais pour raconter une histoire aussi.

Dans un passé pas si lointain que ça, et de nos jours encore dans les villages reculés, quand une femme se mariait, tout contact avec sa famille était quasi impossible du fait de la distance (bien évidemment: pas de téléphone, encore moins d’internet..). Pour remédier à ça, les femmes tissaient des tapis quelles envoyaient avec un voyage ou un vendeur ambulant pour parler de leurs vies; de leurs joies comme de leurs peines à leurs familles. Je vous propose donc je vous parler de la signification de ces dessins que vous pouvez voir sur le tapis ci dessous.

Au milieu de ce tapis est illustrée la femme ou l’épouse dans sa forme la plus précaire : Deux triangles qui se retrouvent. Avec sur la tête une couronne de fleurs, entourée des deux côtés par ses filles.

En plan rapproché, vous pouvez voir que la femme est entourée de fleurs, que les couleurs sont joyeux, et d’après le vendeur cette femme était heureuse et avait une vie aisée…

Pour voir la différence, je vous ai mis deux photos comparatives de femmes sur deux tapis différents. Sur le tapis de droit vous pouvez voir que la femme est entourée de plus de fleurs est de plus de couleurs que celle de gauche.

Les jeunes filles quant à elles n’ont pas de couronnes du fait quelles ne soient pas encore mariées…

Les couleurs sont là aussi pour exprimer l’épanouissement de ces jeunes filles

Et tout autour, vous pouvez trouver différents dessins, souvent des fleurs. Plus les dessins étaient soignés et colorés plus la vie de cette femme était sensée avoir connu l’éclosion de belles choses…

Voilà donc pour la petite histoire… Tout ceci pour vous dire, que ces femmes étaient de véritables artistes qui utilisaient leur savoir faire non seulement pour s’exprimer, mais également pour faire de belles choses qui ont su perduré à travers le temps.

En bonus ! Je vous laisse avec un mélange vitaminé et gorgé de soleil que j’ai pu capturé durant mon séjour !

Petite traduction:  » Je n’ai vu, ni entendu, je ne sais pas et ça ne me regarde pas »

J’espère que cet article vous aura plu, et comme toujours n’hésitez pas à laisser vos avis en commentaire !

Laissez un mot doux

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *